UNE CONVERSATION X DAMSO

Le rendez-vous est pris dans un hôtel du 92 (coïncidence?). Dans le jardin en arrière cour, Damso arrive. Il a un timbre de voix posée, il s’exprime bien. Le visage impassible, on sent de la maturité dans ce jeune homme de 24 ans. Il fume sa cigarette pendant qu’il répond à nos questions.

Pourquoi as- tu choisi comme nom d’album « Batterie faible » ?

Pour deux raisons. C’est un peu prétentieux mais je venais recharger le game parce que je trouvais qu’il était pas assez chaud. Mais surtout pour une raison artistique, dans le sens où je venais proposer autre chose. Vu que suis Belge et que l’on a nos propres sonorités et que je fais mes propres beats donc je voulais vraiment venir avec une sonorité nouvelle. Donc « Batterie faible », parce que je viens recharger avec un autre truc.

Justement t’es rappeur et beatmaker, y a t-il des instrus à toi sur l’album? 

Oui, y en a 4. « Exutoire », « Monde » , »Quotidien de baisé » et « Beautiful ».

En parlant de « Beautiful »… Tes relations avec les meufs sont toujours très sales dans l’album. Pourquoi?  

Non c’est pas avec toutes les meufs. Je raconte seulement ce que j’ai vécu. J’ai vécu 2, 3 trucs assez sombres et puis les trucs biens en général on les raconte pas. Moi ça me plais pas de raconter un truc sympa où j’ai passé une bonne journée. Je raconte ce qui m’a marqué et c’est sombre directement. Mais c’est pas la femme en général, c’est seulement ce que j’ai vécu.

Donc tu te vois pas faire un son dans laquelle tu parles de cette belle journée? 

J’en ai déjà fait dans le passé. Où je racontais le jalousie d’une femme, qui était ma go. Rien ne se passe, je suis juste au studio et elle croit que je vais voir des meufs. Après si y a une journée qui me marque et que j’arrive à le mettre en texte, je le ferai, mais ça ne m’intéresse pas en vrai.

img_8807

Photo Kop3to / Da Vibe

Avant de signer chez 92i tu étais rappeur ? mais t’en vivais ?

Non ça payait pas. J’étais en train de développer mon truc. Ça fait longtemps que je rappe mais ça fait pas longtemps que je fais le truc à fond. J’ai réellement fait le truc à fond à partir de « comment faire un tube » et c’est de là que c’est parti. Et j’ai tout de suite su que si je signais pas, j’allais pas avancer.

Justement comment c’est passé ta signature sur le label?

Le frère de Shay est dans 92i et je le connais personnellement. Je voulais que ça se passe en indé, on a discuté et il m’a dit que ça serait mieux de signer. Je lui ai envoyé une palette de sons qu’il a fait écouté à Booba. Booba a kiffé, il m’a appelé, et puis hop on a fait un feat, on a signé et c’est parti.

Ça s’est fait très vite?

Oui, il m’a appelé et une semaine après on a fait un feat. Le même jour il m’a envoyé une autre prod, j’ai écris dessus. Puis le lendemain pareil. On a fait 3 sons, il en a gardé un.

Ok donc avant tout ça, tu étais déjà un peu rappeur, mais si ça n’avait pas marché t’aurais fait quoi? 

Ça allait marché, dans le sens où je suis rentré au bled parce qu’on voulait que je fasse des études. Mais je savais que j’avais des gros sons que j’avais pas encore sorti. Et je me donnais deux sons bien clippés pour au moins débarquer dans le game et me faire connaitre. C’est ce que j’ai fais, « Débrouillard » et « Bruxelles vie ». Donc j’allais pas faire autre chose sans au moins lâcher 2 sons, je l’ai fait et ça a marché.

img_8814

Photo Kop3to / Da Vibe

« Débrouillard » c’est quoi au juste?

C’est la débrouillardise. J’ai écris ça quand j’étais dehors, j’étais viré de la maison. C’est à partir de ce moment où je me suis dit, soit je taffes mais j’ai essayé de trouver du boulot j’ai pas trouvé. Soit je fais du cash. J’avais un objectif, il me fallait 5000 euros pour réaliser mon projet. Soit je faisais du sale, soit je signais. Donc aller en prison sans sortir d’album ça me dérangeait, donc j’ai signé. C’est juste ça.

C’est trouver ses solutions. Tu restes pas assis là, c’est ça débrouillard. On demande pas d’aller en prison. Tu peux être un avocat et être débrouillard. C’est juste trouver des bonnes affaires, des combines.

T’as aussi fait une fac de psychologie?

Oui mais ça ne me correspondait pas. J’aimais bien la psycho pour la recherche dans la psyché, le développement personnel de soi. Les études pour moi c’était plus une manière d’apprendre et de se connaitre. Mais d’en faire quelque chose de ma vie, ça ne m’intéressait pas. D’être derrière un bureau, ça ne m’intéressait pas. J’aime la musique, j’écris, je compose, je mixe, je fais tout. Je voulais vraiment être dans la musique.

Le morceau « Ammésie » est hyper triste (il traite du suicide de son ex-copine). Tu l’as écrit facilement ? ça pas été difficile de le mettre sur l’album ?

Bah je ne voulais pas. Je l’ai fais parce que je voulais un peu vider. Mais c’est mon ingé qui m’a dit de le mettre sur l’album. J’étais pas chaud… Puis je me suis dit que c’était de l’art et le but de l’art c’est de montrer toutes ses facettes donc je l’ai mis. D’ailleurs j’en parle pas beaucoup. Si je le fais en live, je le ferai tantôt mais c’est pour la promo, sinon je le ferai pas.

Tu parles aussi de la guerre au Congo que tu as vécu petit, comment est la relation avec ton pays d’origine?

J’y ai été cette année, j’y vais souvent. Et par rapport à la guerre, c’est parce que je suis venu ici à 9 ans. J’ai vécu les pillages. C’est le game, ça arrive… Tu entends des bruits. Les pétards étaient interdit parce qu’on pensait que c’était des coups de feu.

C’est juste qu’en arrivant ici y a une différence. Les gens voient ça en image ici, c’est juste que moi je l’ai vécu en vrai. C’est pas un truc de fou.

Et l’arrivée ici c’était comment?

C’était bizarre. Il faisait jour à 21h alors que là-bas le soleil se couche tôt, vers 17h. Ici y avait des bâtiments vitrés, j’étais un blédard, y avait pas d’escalator là-bas. Donc c’est des petits trucs, les tunnels, les métros. Le racisme, les Blancs qui se prennent pour des Noirs, des Noirs qui se prennent pour des Blancs, c’était nouveau. J’ai beugué un peu au début. Après tu entres dans la société, tu étudies avec tout le monde. Bruxelles y a beaucoup de gens, beaucoup de nationalités, donc ça va.

img_8817

Photo Kop3to / Da Vibe

Si Rohff te proposes un feat pour relancer sa carrière, t’acceptes ?

Non je vais refuser, pas parce que j’aime pas ce qu’il fait mais c’est par principe. C’est comme-ci t’étais supporteur de Paris, tu peux dire que l’OM joue bien, mais tu vas pas aller acheter leur maillot. C’est aussi simple que ça.

Tu restes corporate?

Oui c’est normal quand t’es dans une équipe, tu vas pas aller dans l’autre. C’est logique, c’est la base.