>Interview // RENCONTRE AVEC GIGGS

>

Vous ne le connaissez peut-être pas. Pourtant, Giggs est en passe de devenir la nouvelle sensation outre-Manche. Nathan Thompson aka Giggs est un rappeur anglais de 27 ans, originaire de Peckham, au nord de Londres. Il est le leader de SN1 (Spare No 1), une branche du gang noir de Peckham. On pourrait s’attendre à tomber sur un gars fermé, qui ne sourit jamais. C’est tout le contraire! Giggs est extrêmement chaleureux en interview et n’hésite pas à m’apporter une chaise! On peut le comprendre. Après avoir passé 2 ans en prison, il a remporté un prix aux BET Awards de 2008 et cartonne depuis février dans les charts anglais avec le titre « Don’t Go There », en featuring avec B.O.B. Le londonnien revient cette année sur le devant de la scène avec un deuxième album : « Let Em Ave It ».
Rencontre avec un rappeur qui ne vous laisse pas de marbre…

Pour commencer, pourquoi as-tu intitulé ton album « Le Em Ave It » (Laissez-les l’avoir)? Y a-t-il un rapport avec Dieu?
Non, aucun rapport avec Dieu. Ma musique est juste sombre, ténébreuse, gangsta… Quand j’ai signé mon contrat en maison de disque, je savais qu’ils voulaient savoir dans quoi ils s’embarquaient. Ils voulaient que je fasse cet album et je me suis dit : « Let Em Ave it ».


Laissez-les l’avoir : qui et quoi?
Tout le monde : le label, les fans… Laissez-les avoir l’album. Je souhaitais absolument que tout le monde puisse écouter cet album.


Quel est le concept de la couverture de ton album. On y voit un policier, quelqu’un qui crie, toi…
Au centre il y a moi et mon pouvoir. Vous voyez ces ondes tout autour, elles représentent mon pouvoir et le pouvoir de la musique. Et puis, il y a la police. Ils essayent de faire arrêter ma musique mais ils n’y arrivent pas. Il y a du sang qui coule de l’oreille du policier car il essaye de tuer ma musique. Le juge veut également interdire ma musique. Tous les deux ne peuvent plus la supporter et c’est pourquoi du sang coule de l’oreille du policier. Enfin, dans le fond, les fans cirent : « Let Em Ave It ». Tout cela signifie que ma musique est puissante et tout cela me représente moi.


Penses-tu que tu aurais plus d’opportunités aux États-Unis qu’en Angleterre, au niveau musique?
Oui, les américains apprécieraient plus ma musique qu’ici, en Angleterre, car ils sont plus ouverts d’esprit. Quand tu vas aux États-Unis et que tu écoutes la radio, tu as de la vraie musique. En Angleterre, on se préoccupe plus de ce qui marche et pas assez de ce que les gens veulent réellement entendre. Le plus important aux États-Unis c’est la création. Là-bas, les artistes font de la musique et ça passe à la radio, encore et encore. Alors qu’en Angleterre, les gens font d’abord de la musique pour les radios. Je ne partage pas ce point de vue : je fais de la musique pour moi et pour mes fans.


Maintenant que tu as signé un contrat en maison de disque, sera-t-il plus facile de vendre des albums que quand tu étais en indépendant?
C’est sûr! Il y a plus de soutien au niveau financier, plus d’argent qui est investi dans ton projet et beaucoup plus d’exposition au public. Et, les gens, les médias surtout te prennent plus au sérieux.


Comment as-tu été amené à collaborer avec B.O.B sur « Don’t Go There »?
J’ai rencontré son manager il y a quelques mois à Atlanta.


Mais, avais-tu l’intention de travailler avec lui ou c’est arrivé par hasard?
Non. Quand on s’est rencontrés, on ne savait rien l’un sur l’autre. Nos managers respectifs souhaitaient nous faire rencontrer. Et, il fait partie du label de T.I. « Grand Hustle » et je connaissais T.I. donc, on a fini par se rencontrer!


Tu as fait plusieurs mixtapes dans le passé. Que voulais-tu que cet album soit, en termes de production, thèmes, paroles…? Que voulais-tu amener au public?
Je voulais juste faire savoir au public d’où je viens et pourquoi on fait de la musique aujourd’hui. En effet, pas mal de gens font de la musique pour les mauvaises raisons : ils parlent de gangs, de drogue… et pensent que ce qu’ils font est ouf! Ce que j’essaye de faire c’est expliquer au public que c’est ce qu’il se passe réellement. Mais, il faut l’amener d’une manière différente, avec des paroles censées.

Quel est le thème général de ton album?
Le thème? Moi!

Le « Hollowman » (l’Homme Vide)! Qu’est-ce que cela signifie?
C’est là où personne ne pourra jamais me trouver. [rires]

Quelle a été ta réaction lorsque tu as remporté le prix du meilleur Artiste Hip Hop Anglais lors de la cérémonie des BET Awards en 2008?
J’étais très heureux. Je ne m’attendais vraiment pas à gagner sachant que je me trouvais en face des Chipmunks, Wiley, Skepta, Dizzee Rascal et Ghetto.

Comment vois-tu la scène urbaine anglaise actuelle? Penses-tu en faire partie?
Oui, je pense en faire partie. Mais, pour être honnête, je m’en fous un peu [rires]. J’essaye simplement de faire ma musique et le reste…

Comment te décrirais-tu toi et ta musique aux français qui ne te connaissent peut-être pas?
Ma musique parle de ce que je vis tous les jours. C’est la pure vérité! C’est un truc gangsta. Ecoutez l’album. Allez sur le site www.sn1giggs.com et regardez les vidéos, les sons… Vous ne serez pas déçus!

Un dernier mot pour les français et pour Da Vibe?
Big up!


L’album de Giggs, « Let Em Ave it », est sorti depuis le 21 septembre!
A écouter d’urgence : « Don’t Go There » ft B.O.B.

Tracklist :

1 · Intro
2 · Hustle On
3 · Look What The Cat Dragged In
4 · The Way It Is
5 · Bus Commercial
6 · Get Your Money Up
7 · Ner Ner
8 · Reminiscing (ft Joe Grind & Gunna Dee)
9 · The Loves Still There (ft Kyra)
10 · Little Man & Me (ft ML)
11 · Life
12 · What More Do They Want
13 · Matic (ft Gunna Dee & Y.Butch)
14 · Signs
15 · Up, Up & Away (ft J.Melo)
16 · Have it Out
17 · All I Know (ft Nathan)
18 · Let Em Ave It