>Live Report // Ryan leslie met le feux @ ELYSÉE MONTMARTRE , On y était !

>





A l’occasion de sa tournée européenne, Ryan Leslie a posé ses pianos et ses guitares jeudi dernier à l’Elysée Montmartre, sa toute première scène en terre française. Ce qui est sur, c’est qu’il était attendu, dès l’ouverture des portes une énorme queue sur le long du boulevard de Rochechouart.

19h : DJ WEEDIM commence à enflammer la foule avant l’arrivée de Laetitia Dana, en guise de première partie. D’ailleurs petit clin d’œil, car son passage fut fort sympathique, une voix charismatique, avec des musiciens autant géniaux, elle a vraiment réussi à faire patienter les plus pressés !

Enfin vers 21h15, le grand et beau Ryan Leslie ou “R-Les” pour les intimes débarque !
Cette fois-ci, pas de costume, on privilégie la sobriété : Petit t-shirt noir accompagné d’un sarouel noir avec des brettelles, plus l’accessoire qui tue : les gants, noirs aussi !

Mais revenons-en aux choses sérieuses : Il commence avec un son inédit, inconnu de toutes et tous, probablement pour son nouvel album.
Ce que l’on peu dire ce que le R-Les était chaud, au troisième morceaux “Remedy” il enlève son t-shirt, ce qui a fait le bonheur de beaucoup de filles présentes.
Peu de temps après il interprète le fameux “Rescue U“, on regrettera juste le fait que le titre soit totalement accompagné que de guitares, et pas du tout de piano, ce qui fait perdre la richesse du morceau.

Ensuite deux morceaux de son tout premier album, et pas les moindres “Irina” et “Addiction” toute la foule à suivi ! Et après en mode Fabolous avec “Used To Be” son tout premier single officiel en featuring avec Fab, plus “Everything, Everyday, Everywhere” le tube figurant sur Loso’s Way, le dernier album de Fab.
Pour Transition, on retiendra “Something I Like”You’re Not My Girl” et “I Choose U” l’un des rares titres où il a utilisé le piano dans sa totalité.
On a eu droit aux puissants “Diamon Girl” et “How It Was Suposed To Be” : Du grand show, Ryan est un showman, il sait utilisé les spectateur et la scène.

En conclusion, pour se premier passage en France, cela fut un moment fort sympathique, l’interactivité avec les spectateur était là, on regrettera juste le fait que les titres furent très courts, voire bâclés. Et le fait que sur la scène on pouvait apercevoir trois-quatre pianos mais au final une domination complète des guitares !