POURQUOI LE MONDE A BESOIN D’UN NOUVEL ALBUM DE KENDRICK LAMAR ?

Kendrick-Lamar-Chris-Buck

Chris Buck

Lorsque le clip i de Kendrick Lamar a fait son apparition il y a presque trois ans, j’ai été surprise. Positivement surprise. Le clip débutait  sur une scène dans un club où des femmes et des hommes se déhanchaient sur de la black music sans sourciller.

Cela donnait l’impression d’être de retour dans les 70’s, mais en même temps la scène restait intemporelle, comme éternelle. Puis on apercevait Kendrick Lamar paisiblement assis, en train de se faire tresser. Une bagarre, un gunshot et là boom, introduction en danse du rappeur de Compton qui donne tout.

A là vue de ce clip j’ai compris. J’ai compris qu’après le triomphe de son deuxième album Good Kid, M.A.A.D City Kendrick Lamar venait changer le game avec son troisième album To Pimp A Butterfly. Le changement débutait avec une émancipation de sa personne, il s’affirmait encore plus en tant qu’homme noir aux Etats-Unis, il allait nous laisser pleinement entrer dans son intimité et puis ses chansons ainsi que ces visuels allaient faire bouger les choses.

La vidéo en noir et blanc de Alright a marqué le monde entier. Kendrick y refléter son temps, il y faisait sans crainte référence aux violences policières sur les minorités qui ébranlaient les Etats-Unis. Un clip plein de poésie où malgré l’atmosphère qui y pesait, la violence n’était jamais visible. La titre a eu un réel impact, ainsi il était scandait lors de manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays. Cet album était empreint d’expérimentations jazz, funk, soul, de descriptions de relations raciales ainsi que la parfaite retranscription de la société.

To-Pimp-A-Butterfly-Kendrick-Lamar

Prochainement Kendrick reviendra avec un nouveau projet qui semble plein de maturité. La situation sociale et politique aux Etats-Unis a énormément évolué, pourtant dans une interview pour le New York Times Magazine, Kendrick ne souhaite pas se focaliser sur ce sujet. Il parle de son souhait  de donner à sa communauté ainsi que le besoin de parler de Dieu dans ses morceaux.

« Personne ne parle de Dieu, parce c’est presque en contradiction avec ce qui se passe dans la société lorsque que l’on parle de politique, du gouvernement et du système. »

« Un jour, peut-être que j’aurais une petite fille. Quand je dis « petite fille », c’est d’accepter le fait qu’elle va grandir. On aime les femmes, on apprécie leur compagnie. A un moment, j’aurais peut-être une fille qui grandira et qui me parlera de sa relation avec une homme– des choses que la plupart des hommes ne veulent pas entendre. Apprendre à l’accepter, et ne pas s’en cacher, c’est la sensation que je veux qu’ai cet album. ».

On comprend que cet album sera empreint de maturité, de volonté de parler d’amour et de spiritualité. Dans l’attente d’un prochain chef-d’oeuvre de sa part, je vous laisse sur l’un de mes titres favoris du rappeur de TDot, Poetic Justice.