UNE CONVERSATION AVEC SAMPHA

IMG_3078

© Kopeto – Da Vibe

En ce début d’année Da Vibe repart sur les chapeaux de roues. On a discuté quelques instants avec l’artiste UK qui va monter d’ici peu, Sampha. Pour ceux qui ne le connaisse pas encore, vous entendrez forcement parler de lui dans les semaines à venir. Il se fait discret mais Sampha est connu chez les mélomanes du monde entier. Il a écrit pour les plus grands artistes, mais pas seulement… car il a aussi prêté sa voix voluptueuse à ces derniers. Rencontre pleine de poésie avec Sampha, pour la sortie de son premier album Process.

Durant notre interview, Sampha parle d’un voix douce, presque inaudible. Il me confie qu’il s’est trouvé grâce à la musique. “Elle a permis de montrer la part créative chez moi”. Sampha est plutôt discret sur les réseaux sociaux. Il ne les utilisent que rarement. On ne l’aperçoit jamais dans une cérémonie, ou lors de soirées pleine de célébrités. Pourtant l’Anglais de 27 ans côtoie le gratin. Il a travaillé avec Drake, Young Thug ou encore sur le dernier projet de Kanye West. Sa voix se mélange aisément à d’autres. Pourtant elle est empreinte de sa propre identité.

IMG_3056

© Kopeto – Da Vibe

Sur son projet Process, il n’y a aucun featuring, ce qui m’a tout de suite sauté aux yeux

C’était quelque chose de naturelle. Dans mon inconscient je voulais peut-être le faire seul. C’est un album très personnel. Les chansons sont inspirées de ma propre situation. Je n’ai pas pensé que sur cette chanson je devrai avoir un featuring ou sur une autre. C’était juste moi au studio… c’était mon heure.

Sampha chante des chansons assez douces et tristes. C’est pourquoi je me suis interrogée dans quel état d’esprit il était à l’écriture de ses chansons. “La plupart du temps je suis fatigué. J’ai tendance à procrastiner, je dois bosser sur une chanson pour laquelle on m’a sollicité et je finis sur ma propre chanson. Je ne réfléchis pas à l’avance, ça vient comme ça”. Sampha n’a pas souvent dû connaitre la syndrome de la page blanche parce qu’il n’a jamais cessé d’écrire, pour lui comme pour d’autres artistes. A l’écouter parler il est plein de douceur. Avec ses cheveux qui rappellent ceux de Jean-Michel Basquiat (ou plus récemment ceux de The Weeknd), il parait timide, mais se dévoile facilement à moi.

IMG_3044

© Kopeto – Da Vibe

Il me confie avoir beaucoup aimé travailler avec Solange sur le titre “Don’t touch my hair”.” Ce qui se passe aux Etats-Unis, les tensions qui y existent doivent forcement peser sur la communauté noire. Il était intéressant pour moi de travailler avec Solange dessus et aussi de rentrer dans cette conversation”.

Sampha est conscient des difficultés que la communauté Noire éprouve, à travers le monde. Enfant de parents originaires de la Sierra Leone, la musique d’Afrique de l’ouest l’a beaucoup inspiré.“Surtout Oumou Sangaré, l’album qu’elle a enregistré en Angleterre. Son album m’a beaucoup touché dans ma jeunesse. En l’écoutant j’avais l’impression de pouvoir voir à travers son regard. J’avais l’impression que j’étais avec elle en Afrique, je pouvais ressentir sa peine.” Touché par la peine des autres, il a su le retranscrire plus tard dans sa propre musique. Mais je me suis demandé s’il comprenait ce qu’elle disait? “Je ne comprenais pas, mais je le ressentais et je ressentais quelque chose de profond.” Sur l’album de la légende malienne, il a aimé les instruments ainsi que les mélodies qui lui semblaient uniques.

IMG_3027

© Kopeto – Da Vibe

Sur Process, il a écrit une chanson du nom de Kora sings (la kora étant un instrument emblématique d’Afrique de l’ouest). Il m’a expliqué ce que cette chanson signifiait pour lui. “Je commence par la métaphore par laquelle je passe par une période assez rude. Je suis dans le désert avec un gun. Cela semble dramatique mais ce n’est qu’une métaphore. A l’époque de l’écriture de cette chanson, j’étais revenu chez ma mère m’occuper d’elle car elle était malade. J’étais submergé par les émotions et je me posais beaucoup de questions. Je les écrivaient simplement. La chanson parle de cette période et de lui dire de rester forte, même si elle l’était déjà.”

“La chanson est un hommage à elle, comme un peu toutes les chansons de l’album”. Oui, car on ressent un vrai manque maternel  à l’écoute de cet album. La chanson (No One Know Me) Like the piano aborde aussi ce sujet. Process est un réel hommage à cette femme qui l’a tant inspiré. Ses chansons sont pleines de peine, de regret et du poids d’une absence. Le fantôme de sa mère erre auprès de lui et pèse sur sa conscience. Cet album était tout d’abord un album de présentation, dans lequel il se dévoile un peu plus qu’auparavant. Mais c’était aussi une manière de gérer la perte de sa mère.

J’ai voulu être introspective, ça m’a aidé. Parfois pour apprendre on doit te prendre quelque chose. Parfois c’est bien d’extérioriser, sans avoir peur de dire les choses et de les garder pour soi. Process ce n’est pas devoir être parfait. 

IMG_3088

© Kopeto – Da Vibe

Process sort le 3 février, procurez-vous ce petit chef d’oeuvre!