CHI-RAQ – ZOOM SUR LE FILM DE SPIKE LEE

Chi – Raq, la satire brûlante de Spike Lee, est le meilleur film du réalisateur depuis 2002

chi-raq-poster0-SOURCE

Le nouveau film du réalisateur Spike Lee ‘Chi – Raq’ est beaucoup de choses.

C’est le premier film jamais produit en partie par Amazon Studios. C’est une comédie sauvage qui ne perd jamais de vue son histoire principale. Mais par-dessus tout, c’est un cadeau de fin d’année du directeur, roi de la controverse. Au moment où la brutalité policière est l’objet de discussions presque infinies, il commence par une méditation du crime noir sur noir – un sujet qui est récemment devenu un argument tant vanté par la droite. (Voir: Donald Trump.) Cependant, il suggère également que l’armée est gouvernée par la Confédération, et son discours le plus brûlant sur les racines de la lutte des noirs en Amérique est livré par John Cusack, un homme blanc.

Pourtant, Chi-Raq, même dans son chaos, est cru, saignants et souvent hilarant. C’est le meilleur film que Lee ai fait peut-être depuis ‘25th Hour’ sorti en 2002 (qui est toujours le meilleur film post-9/11), qui nécessite votre attention continu que vous soyez d’accord avec lui ou non.

Voici cinq techniques cinématographiques utilisées par Spike Lee qui contribuent au succès de Chi-Raq.

CHIRAC 1

1 ) Ses films sont présentés comme une pièce de théâtre

Spike a toujours été l’un des metteurs en scène avec un penchant pour les personnages parlant directement à la caméra et se déplaçant de manière ouverte. Basé sur l’ancienne comédie grecque, Lysistrata Aristophane, Chi – Raq se préoccupe des femmes duc ote sud de Chicago qui veulent établir l’adoption d’une grève du sexe jusqu’à ce que les hommes arrêtent de tuer sans motif. L’intrigue est hachurée par une version moderne de Lysistrata joué par l’étoile montante Teyonah Parris. Il raconte une histoire qui est enracinée dans une tragédie bien réelle mais qui est résolu par des moyens manifestement incroyables. Voilà où le meilleur de la satire peut mener , et Spike est toujours là pour vous rappeler, en un clin d’œil , que ce qui arrive à Chi – Raq n’est pas réel.

CR_D16_05828(1)1447357330

2) Sauf que quand il veut, il peut devenir très, très réel

La pièce maîtresse de Chi – Raq est l’enterrement d’une jeune fille qui a été tuée par une balle perdue lors d’une bagarre de gangs. La séquence commence par une performance musicale, puis le sermon lors de funérailles, ne laissant pas au public une  possibilité de détourner le regard. Il est profondément passionné, incroyablement brut, et toujours puissant. Et même si un service de l’église est intrinsèquement théâtral, Spike utilise autant de techniques cinématographiques que possible pour faire ce travail de moment, de coupure ferme.

chiraqrap

3) L’utilisation de la couleur dans le film est superbe

Les deux gangs au centre de la guerre des gangs de Chi – Raq sont les Spartiates et les chevaux de Troie, dont les couleurs sont violets et orange. Spike et le photographie Matthew Libatique ont fait de ces deux couleurs la palette principale du film, en les utilisant comme des accents important, même dans les scènes calmes.
chiraqwhite

4) Le film est à la fois ludique et très sérieux, rythmé par un brassage de tonalités disparates

Chaque fois que Spike a la chance de jouer avec les attentes des téléspectateurs, il le fera. Lorsque Jackson aborde le public vers le début du film, la foule bruyante réunie pour un spectacle de hip-hop derrière lui gèle à mi-joie. Plus tard, Jackson semble arriver dans une scène comme de nulle part et pourtant, il est exposé aux problèmes les plus graves auxquels sont confrontés l’Amérique d’aujourd’hui, et il ne cesse de vous rappeler ce fait.

Tags from the story
,