BEKAR – le nouvel espoir du rap Lillois

Photos : charleswaiting

C’est à l’âge de 16 ans que le jeune Bekar écrit ses premiers textes et prend goût aux schémas des punchlines. Il délivre aujourd’hui son deuxième projet, la mixtape de 17 titres “Briques Rouges”. On s’est donc intéressé au rappeur originaire de Roubaix, nouvelle recrue du label Panenka au côté de PLK, Georgio, Junior Bendo ou encore Tsew The Kid.

Qui es-tu ?

Moi c’est Bekar j’ai 22 ans, je suis artiste originaire de Roubaix, je fais du son depuis 6 ans maintenant et je viens de sortir ma première mixtape « Briques Rouges ».

Ca ressemblait à quoi ta jeunesse dans le nord ?

J’ai vécu une jeunesse hyper commune ahah, le fait que je vienne du nord à pas changer grand chose, juste que j’ai pas trop vu le soleil. Mais en tout cas j’ai passé une jeunesse relativement cool même si certaines périodes n’étaient pas forcément facile mais ça je pense que c’est propre à chacun de nous. J’allais en cours, je les ai séchais des dizaines de fois ahah, et je kiffais rapper et faire nos p’tites conneries avec les potos.

Depuis combien de temps fais-tu de la musique ?

J’ai commencé le rap a mon arrivée au lycée, il y a 6 ans à peu près, je devais avoir 16 ans.

Tu as signé chez Panenka Music en décembre dernier, tu t’es dit quoi au moment ou tu as officiellement intégrer le label ?

Bah écoute j’étais super content d’intégrer ce label, c’est une écurie qui possède tout ce que j’aime dans la musique, ils ont la même mentalité que moi et la signature s’est faite de manière hyper naturelle. Et quand tu regardes ce qu’ils ont fait avec leur artiste, ça donne vraiment envie de bosser avec eux. En tout cas on s’entend très bien et on est tous grave content de rouler ensemble.

Comment se déroule le processus d’écriture ? Tu as d’abord des thématiques précises et tu développes, ou ça vient plus comme ça…

Il n’y a pas de règles dans mon processus d’écriture, je peux écrire n’importe où, n’importe quand. L’inspiration c’est quelque chose que tu maîtrises pas. En général, j’ai besoin d’être en activité pour avoir des idées qui viennent, en marchant ou en voiture par exemple. Je suis quelqu’un de pas très organisé dans ma vie, donc je mélange un peu toutes mes idées, rimes, textes dans mes notes iPhone ou sur mon petit carnet et après je trie, relis, et garde ce que je trouve le plus pertinent.

Tu viens de sortir ton projet « Briques Rouges». Raconte-nous le travail qu’il y a eu autour du projet.

“Briques Rouges” c’est une mixtape que j’ai mis un an à produire. Évidemment je n’étais pas tout seul, je l’ai bossé principalement avec mon beatmaker Lucci, on s’entend aussi bien musicalement qu’humainement. Ça a été énormément de nuit blanche, de stresse et de pression mais aussi de moments fort en émotions. Ce projet a pas été facile à écrire, j’ai dû vraiment aller chercher au plus profond de moi même.

Tu t’es fixé des objectifs pour ce projet?

Je suis quelqu’un qui ne se projette pas trop alors je n’ai pas réellement d’attente pour ce projet. J’espère juste qu’il plaira aux gens qui me suivent ainsi qu’aux nouveaux arrivants. J’espère aussi qu’il me permettra de continuer à faire ce que j’aime.

Ta définition du rap?

C’est ma musique de cœur, c’est l’art de la rue et de la sincérité à mes yeux. L’art ou tu peux exprimer tellement de chose et allier l’écriture à la mélodie. Pour moi c’est l’art le plus puissant.

Tu es plutôt rap nouvelle génération ? ou rap oldschool ?

J’aime beaucoup les deux même si aujourd’hui j’écoute principalement ce qui est actuel. Mais souvent je me remet mes classiques et c’est toujours un plaisir à écouter.

Quelle est ton style à toi ?

Je pense pas que ce soit à moi de le définir, mais je dirai que je fais du rap et que j’accorde beaucoup d’importance au fond car c’est ça qui m’a fait aimé cette musique. La mélodie est aussi un aspect très important dans ma musique. Aux niveaux des thématiques, j’aime beaucoup aborder la nostalgie ou la mélancolie dans mes textes.

Quelles sont tes influences musicales ?

Il y en a beaucoup et elles changent régulièrement. Je pourrai te citer une grande partie du rap français. Sinon j’aime beaucoup la chanson française comme Daniel Balavoine ou France Gall mais ce n’est pas ce que j’écoute le plus. Disons que j’écoute du rap en grande majorité et que j’aime énormément d’artiste.

Si tu devais me faire découvrir un artiste ?

Je te ferai découvrir Frenetik, c’est un rappeur Belge et il est super chaud.

Est-ce qu’il y a un morceau qui te représente ? Que tu te sens bien en écoutant, sans raison particulière ?

Hamza – “Henny me noie”. 

C’est un son que je kiff de fou, je l’ai découvert l’année dernière dans son album Paradise. Il me rappelle beaucoup de souvenirs

C’est quoi la suite pour toi ?

Pour la suite, j’espère que “Briques Rouges” me permettra de continuer à faire ce que j’aime. J’espère pouvoir continuer de rouler avec la même famille, le même entourage et j’espère que la mixtape vous plaira puisqu’on a beaucoup bossé dessus!

Streamez son projet ci-dessous