>Interview // Donell Jones – R’n’b Soldier

>

C’est avec honneur pour Da Vibe d’avoir eux la chance d’interviewer en novembre dernier Donell Jones . Le chanteur revient sur le devant de la scène avec un cinquième disque au r’n’b sensuel et largement teinté de soul . Nouveau départ, Nouveau Label , on voulait en savoir plus…Rencontre.
Ou étais tu passé depuis la sortie de ton avant-dernier album « Journey of a Gemeni » ?
J’ai pris le temps pour faire le point sur ma vie, ma carrière, j’ai monté mon label et commencé à rechercher des artistes.
Quand as-tu commencé à travailler sur « Lyrics » ?
J’ai commencé à enregistrer à la fin de l’année 2009 et ai terminé à la première moitié de l’année 2010. Je n’avais pas de date limite pour l’enregistrement et la sortie de l’album donc c’était cool. J’enregistrai quand j’en avais envie en fait.
Comment décrirais-tu ce nouvel album  ?
Il parle d’amour. Les bonheurs en amour mais aussi les mauvaises passes. Il parle des relations amoureuses en général. Tu peux être fou amoureux de quelqu’un comme te faire tromper par l’être aimé. Donc je parle de toutes ces situations dans ma musique.
Pourquoi un featuring avec Yung Joc sur un des titres de l’album ?
C’est assez simple. Le titre s’appelle « Stripclub » et je sentais qu’il lui manquait une touche du sud. Je vis à Atlanta et lui aussi vit dans la même partie de la ville que moi. On s’est vu en studio un jour, je lui ai fait écouter le titre et il m’a dit « J’adore la chanson. Laisse moi poser dessus mec » donc ça s’est fait comme ca.
Qui est la fille qui chante sur « You  Can Burn » ?
La fille qui chante sur ce titre s’appelle Breeze, c’est une de mes artistes et on travaille sur son album en ce moment. Elle sera signée par mon label.
As-tu des rituels quand tu enregistres en studio ?
Non, rien de spécial. Juste moi dans la cabine, les lumières tamisées. J’écoute des sons old school pour m’inspirer avant la séance. Et on fait tourner l’instrumental du morceau à enregistrer en boucle pendant qu’on écrit les paroles.
Quels sont tes artistes favoris ?
Je dirai Michael Jackson, Stevie Wonder, Teddy Pendergrass et Donny Hathaway.
Et parmi ceux avec qui tu as eu la chance de travailler qui sont tes artistes préférés ?
Coté producteurs, je dirai Mike City, Ryan Leslie et Tim & Bob.
Que penses-tu du milieu de la musique d’aujourd’hui ?
Il est assez différent de l’époque à laquelle j’ai commencé à chanter. En fait il est complètement différent. Je ne sais pas comment ca se passe chez vous en France mais ici aux USA, il n’y a plus beaucoup de disquaires. Tout se passe sur internet et cela a totalement changé le business. Il y a une énorme quantité de musique qui sort mais il n’y a malheureusement pas assez de place pour tous les passer à la radio. Donc un tas de chose à changé.
Que penses-tu de la nouvelle génération de chanteurs comme Trey songz, Chris Brown et Miguel ?
Ils sont tous très talentueux. Ils représentent et chantent pour leur génération. Mais il y a toujours un public qui veut écouter mon type de musique, celui de l’ancienne génération.
A propos de l’ancienne génération, quel est d’après toi le secret pour toujours être suivi par ses fans aujourd’hui après plusieurs années comme par exemple Monica, Faith Evans et d’ailleurs toi Donell ?
Je pense que le secret est de rester fidèle à ce que tu es et à ce que tu fais. Un tas d’artistes s’inventent des univers, le change quand ça ne marche pas. Y’a pas de mal à ça car j’ai moi-même des titres sur mon album que mes fans ne se seraient jamais douté m’entendre poser dessus. Mais j’essaie de toujours rester fidèle à la base de ma musique.
Regrettes-tu l’âge d’or du R’n’B des années 90 ?
Oui, en quelques sortes cette époque me manque car il y avait une tonne de styles différents. Il y avait un bon nombre de différents artistes qui avaient chacun leurs propres sons. C’est ce que je retiens de cette époque. Personne n’essayait de copier les autres. Avec l’émergence de la technologie, tout le monde aujourd’hui peut devenir un producteur, un compositeur… On peut enregistrer chez soi en un clic donc tout le monde veut devenir un artiste. C’est pour cette raison qu’il y a tant de musiciens de qualité d’un côté et de l’autre ceux qui ne sont pas assez talentueux mais qui sont au devant de la scène quand même.
Quels sont tes futurs projets ?
Je vais continuer à développer mon label, sortir l’album de Breeze et j’ai aussi envie de sortir un nouvel album l’année prochaine. Et à long terme, je veux être
Quand vas-tu passer par Paris ?
Tu sais quoi ! J’adore Paris, j’y ai déjà été deux fois et j’adorerai y repasser. Il faut juste que des promoteurs de concerts me contactent pour me faire venir.