>Interview // Kat Deluna – La Consécration

>

Kat Deluna est enfin de retour ! Après un 1er album sorti en 2007, 9 lives, qui contient les hits Whine Up et Run The Show, la jeune américaine d’origine dominicaine a pris son temps afin de nous concocter un opus digne de la créativité de la chanteuse.
Rencontre avec la jeune femme de 23 ans, dans les locaux de sa nouvelle maison de disque chez Universal Music . Let’s Go !

Peux-tu nous en dire plus sur ton nouveau contrat avec Universal Music ? Tu étais chez Sony pour ton 1er album. Que s’est-il passé ?

Cela fait maintenant 3 ans. Pour mon 1er album, j’étais en contrat avec Epic/Sony BMG. Ce fut une aventure incroyable et la maison de disques parfaite pour cet album. Cependant, lorsqu’il en est venu à parler du second, nous avons vu les choses différemment, en ce qui concerne la direction musicale à prendre sur ce nouvel opus. J’ai donc signé chez Universal (Belgique) et nous avons ensemble réalisé cet album. Il est déjà sorti en Belgique et sera disponible dans les prochains jours dans toute l’Europe. 

Comment s’est déroulée la conception de l’album ? Il y a-t-il un message précis ?

L’album s’appelle Inside Out. C’est mon second album. Je voulais juste dire que j’étais toujours là, je n’ai rien à cacher. La version européenne est plus fun, avec plus de morceaux pour faire la fête.. Cet album est une autre présentation de ce que je suis, pour la deuxième fois, avec des sons différents.

Penses-tu te démarquer des autres chanteuses ?

J’ai l’impression que j’ai toujours su me démarquer des autres. Quand je suis arrivée en 2007 avec mon 1er album produit par RedOne, nous avons créé des sons très pop, électro, house et futuristes, ce qui était très risqué à l’époque aux Etats-Unis car la plupart des gens écoutaient du Hip Hop. Lorsque Whine Up est sorti, on disait : « Wow, qu’est-ce que c’est ? ». Je pense que cette chanson a eu autant de succès grâce aux paroles mais surtout à l’instru. Le fait d’être l’une des rares latino-américaines à produire un son comme celui-ci a fait ma différence. Je pense avoir aidé pas mal d’artistes à aller encore plus loin. 

Comment décrirais-tu ton univers musical ?

J’ai grandi dans le Bronx, à New York donc j’ai toujours eu un côté « street ». Mais, si tu écoutes mes paroles et mes sons, je suis très pop et funk. Qu’il s’agisse de pop, de hip hop, de reggae, tout le monde peut danser sur ma musique.
 
Quelles relations entretiens-tu avec RedOne et Akon, des personnes qui sont à tes côtés depuis le début de ta carrière ?

J’ai rencontré RedOne il y a pas mal d’années maintenant et nous avons de suite collaboré. Nous avons créé des sons qui sont devenus énormes, comme ceux de Lady Gaga et d’Enrique Iglesias. Nous sommes de très bons amis et je connais très bien sa femme. Il fait partie de ma famille.
Akon est l’un des hommes les plus gentils que j’ai rencontré. Il est si respectueux. Il me voit comme une petite sœur et, à chaque fois que nous avons l’occasion de travailler ensemble, il me dit : « Fais ci, fais ça, laisse-moi te montrer comment on fait ». C’est comme un grand frère.

Kat Deluna a-t-elle atteint tout ce qu’elle voulait dans sa carrière ? 

Pas du tout ! Je commence tout juste à ouvrir certaines portes. Je me considère toujours comme une nouvelle artiste car je n’ai qu’un seul album à mon actif qui s’est fait connaitre par essentiellement 2 chansons. J’ai fait une grande pause, au lieu de revenir tout de suite avec un nouvel album. Côté musique et business, j’ai de la jugeote et je n’allais pas revenir avec un album fait dans la précipitation et entourée de personnes qui ne me comprenaient pas. Ma carrière aurait été finie. Maintenant, je sais m’entourer des bonnes personnes et j’ouvre des portes que je n’ai jamais réussi à ouvrir auparavant, musicalement parlant mais aussi au niveau mondial, avec l’aide de Dieu et de mes fans.

Avec ton expérience dans le business, quelles leçons gardes-tu ?

Le business c’est le business [rires] ! C’est aussi simple que ça. Ne prends rien pour toi-même. Il faut se voir comme un objet que l’on doit vendre et cibler le bon public. En tant qu’artiste, il est important de comprendre cela sinon, le succès ne suit pas. Il faut laisser les personnes autour de toi t’aider, te guider et s’entourer de personnes malignes. Il n’est pas bon d’avoir des gens qui te disent oui à tout.

N’as-tu pas peur que les gens se lassent de ta musique ?

Non. Je fais de la musique car j’aime ça et aussi pour mes fans. J’en fais car cela me permet de m’exprimer. Je pense que mes fans adorent ce que je fais et qu’ils ne se lassent pas. Mon 1er single, Whine Up, a été reconnu dans le monde entier. Ce son que j’ai créé avec RedOne il y a 3 ans est toujours d’actualité. J’ai l’impression de ne jamais être partie. J’ai pris le risque de faire cette chanson et heureusement, c’est devenu quelque chose d’énorme. C’est marrant car je ne me rends compte de cela qu’aujourd’hui. Je devais avoir 18/19 ans et sur le coup, je ne réalisais pas que j’allais avoir une telle influence sur la musique ni que j’aurais des fans incroyables et que je voyagerais en France, en Belgique ou encore en Allemagne. Dans le monde entier !

Où te vois-tu dans 5 ans ?
Oh mon Dieu [rires] ! Dans 5 ans, je me vois définitivement avec mon 4ème ou 5ème album et avoir beaucoup de succès. J’aimerais faire des films et avoir une ligne de vêtements. Être un bon exemple et aider les enfants du monde entier. Je souhaiterais qu’ils sachent qu’il est possible de réaliser ses rêves, pas seulement dans la musique mais dans tous les domaines. Partir de rien pour tout construire.

Tu ferais tout cela seulement aux Etats-Unis ?

Non. Je pense que mon influence s’étend à travers le monde. J’ai été en Amérique du Sud, aux Etats-Unis, en Asie, je suis aujourd’hui en Europe et bientôt l’Inde. Wow ! Je me suis rendue dans tous ces endroits ! J’ai chanté au Japon et je me disais : « Oh mon Dieu, ces gens aiment vraiment ma musique, c’est incroyable » !

Quel est l’album que tu écoutes le plus en ce moment ?
Pour être honnête, je n’écoute pas beaucoup d’albums. J’écoute mes morceaux et j’adore écouter des chansons plus old school afin de rester à jour sur ce qui m’a permis d’avoir ce style. J’écoutes l’album Music Box de Mariah Carey, The Writing’s On the Walls des Destiny’s Child, Syleena… Je ne suis pas souvent inspirée par la musique d’aujourd’hui. Je n’aime la musique que de très peu d’artistes : Taylor Swift, pour sa musique  et ses paroles, j’adore Usher, Beyoncé, Andrea Bocceli car j’ai une formation lyrique.

Quel est le Top 5 des artistes présents dans ton Ipod ?
Marc Anthony, il a une voix incroyable. Encore une fois, Beyoncé. C’est comme si je me reconnaissais en elle. Elle a une vraie présence sur scène. Je suis d’origine dominicaine et elle a dit un jour : « Si j’étais d’origine latine, je serai dominicaine » ! [rires] Je la respecte elle est son dévouement pour la musique. Je reste une grande fan de Britney. C’est de ma génération. C’est une interprète géniale ! Encore et toujours, Mariah Carey. C’est tout ce dont j’ai besoin. Et, Céline Dion. J’adore ses chansons et la manière dont elle les interprète. Je n’y croyais pas quand elle a dit à un ami à moi qu’elle aimait ma voix. J’étais extrêmement surprise et j’ai même rougie pendant 5 minutes car j’adore cette femme. Pour moi, elle et Mariah font partie des meilleurs chanteuses. Elles resteront des icônes pour toujours car elles ont changé le monde de la musique.

Un dernier mot pour tes fans français ?
Je suis très reconnaissante pour votre soutien. J’ai toujours dit que le France c’était chez moi.

Tu parles français ?

« Oui, je parle français un petit peu. Je m’appelle Kat Deluna. Je suis une chanteuse ». Mon accent n’est pas très bon [rires]. Préparez-vous pour mon nouvel album, Inside Out ! « I love la France, It’s numéro un, for me ».