>Interview // Rev Run x Da Vibe : Entrevue !

>

Le célèbre Rev Run du groupe Run DMC était de passage à Paris en octobre dernier pour faire la promotion de sa nouvelle collection de chaussures : Run NYC. Da Vibe en a profité pour questionner l’un des pionniers du rap américain, à propos de cette nouvelle aventure mode mais aussi de son avis sur la nouvelle génération.


Quand as-tu eu l’idée de créer la collection “Run NYC” et pour quelles raisons?
J’étais déjà en contact avec Foot Locker. Ensemble, nous avons sorti “Pastry”, les baskets que mes filles ont dessinées et, tout s’est très bien déroulé. J’ai alors rencontré Ryan Hall, le PDG de Foot Locker à l’international, et nous avons mis en place une ligne exclusive pou r l’Europe. C’est donc une sortie uniquement européenne. On ne retrouve pas ces baskets aux Etats-Unis. Nous avons hâte de voir si elles pourront concurrencer celles de mes filles!


Pourquoi Foot Locker?
Ce sont tout simplement les meilleurs. Quand tu vas au centre commercial acheter des baskets, tu penses directement à Foot Locker. En tout cas, c’est à Foot Locker que je pense dès que j’ai envie de nouvelles chaussures.


Aurais-tu pu créer la même collection dans les années 1980?
Je ne pense pas que le style des chaussures aurait été le même. Les années 1980, c’est une époque différente, donc une basket différente.


Selon toi, quel a été le changement le plus significatif dans la mode, entre les années 1980 et aujourd’hui?
Il y en a eu tellement. Je ne sais pas si la mode a tant évolué. Les rappeurs portent toujours des baskets pendant leurs concerts, par exemple. On fait du vieux avec du neuf et vice-versa. On fonctionne probablement par cycle.

Tu fais partie de la “Old School” mais tu es toujours d’actualité : en 2005, tu as fait une chanson avec le groupe anglais “Liberty X” dont le clip a énormément tourné sur les chaînes télévisées anglaises, tu as ta propre série “Run’s House” et aujourd’hui, tu lances la collection “Run NYC” en Europe. Comment arrives-tu à faire tout cela et à continuellement te réinventer?
Il suffit d’être passionné. J’aime ce que je fais. C’est comme avec ma famille : j’aime passer du temps avec eux donc Run’s House n’était pas vraiment un travail pour moi. Je pense qu’il faut juste aimer ce que l’on fait et tout ira tout seul.


Que penses-tu de la nouvelle génération de rappeurs : Drake, Lil’ Wayne, Soulja Boy…?
Je les aime tous. J’aime leur musique. Que ce soit Drake, Lil’ Wayne, Nicki Minaj, Soulja Boy, Jay Z, Eminem… J’adore!


Selon toi, qui est le meilleur rappeur aujourd’hui?
Jay Z! C’est le meilleur, le plus grand, tout simplement.


Quelle est ta vision de l’industrie?
Regardez (il nous montre la collection “Run NYC”). Ca, c’est ma vision. Je collabore avec Foot Locker, je regarde ces chaussures et je me dis qu’on va tout déchirer!


Tes enfants, que ce soit Angela, Vanessa, Diggy ou Jojo, volent désormais de leurs propres ailes. Quels conseils leur donnes-tu pour les guider dans leur vie d’adulte? Car, ils sont assez jeunes, surtout Diggy [Ndlr : il a 15 ans].
Si on parle de Diggy, il a la chance d’avoir beaucoup de personnes qui l’entourent. Il a des amis, des bons managers… Sinon, leur mère et moi sommes là pour les emmener dans la bonne direction.


Diggy vient tout juste signé sur le label Atlantic Records. Qu’est-ce que cela te fait de voir ton fils démarrer dans la musique, tout comme toi il y a des années de cela?
C’est assez incroyable de le voir signer un contrat dans une maison de disque. Je suis très fier de lui. Affaire à suivre!


Quel est ton meilleur souvenir en tant que rappeur?
Mon meilleur souvenir c’est de ne jamais laisser un souvenir dans ses rêves… C’est le mot de la sagesse du jour.

Projettes-tu de revenir à la musique, au rap?
Oui, j’y pense. Je ne me suis pas vraiment penché sur cette idée ces derniers temps, mais pourquoi pas? Ce serait cool de refaire un hit! Pour l’instant, je me produis en tant que DJ.


Cela te manque-t-il de faire des concerts devant des milliers de personnes?
Pas vraiment. C’est quelque chose dont j’ai beaucoup profité il y a des années mais, je suis passé à autre chose aujourd’hui.


Regrettes-tu les années 1980, au commencement du Hip Hop, lorsque les rappeurs ne faisaient pas de la musique pour l’argent mais seulement pour faire danser les foules?
Je ne condamne pas la nouvelle génération. Je pense que Drake, Lil’ Wayne ou encore Jay Z font de la musique parce qu’ils aiment ça et pas seulement à des fins commerciales. Je ne porte pas ce genre de jugement sur les nouveaux venus.


Tu es à la fois Pasteur et DJ, tu joues dans les clubs. Ces deux jobs ne sont-ils pas opposés?
Pas du tout! Les musiciens sont des poètes, tout comme les apôtres l’étaient dans la Bible. Je suis sûr qu’eux aussi allaient en boîte!


Le mot de la fin?
Rendez-vous chez Foot Locker et achetez une paire de Pastry et de Run NYC!

Photo : Meddy Zoo