RAYE VA DEVENIR UNE POP STAR PAR SES PROPRES REGLES

Anthony Foudil

Adolescente, elle s’est frayée un chemin dans les charts britanniques. A 20 ans, elle se prépare à le refaire dans le monde.
De passage à Paris où elle couvre les premières parties de Rita Ora, rencontre avec Raye, celle qui arrive a honorer ses racines et sa musique.

Née Rachel Keen, Raye a grandi à Croydon, au sud de Londres, avec son père anglais, sa mère ghanéenne-suisse et sa grand-mère ghanéenne.


Je suis très… Très difficile avec moi-même.


Obsédée par l’écriture et le chant depuis son plus jeune âge, elle a rencontré son manager actuel par l’intermédiaire d’un ami commun alors qu’elle n’avait que 13 ans. Il l’a branché avec des sessions en studio après l’école les vendredis et tous les week-ends. «Je devais vraiment greffer, et [voir] tous mes amis faire la fête», se souvient-elle de son adolescence, mais elle insiste : «Je ne l’ai pas manqué ;  j’ai choisi de ne pas faire ça.»

Dès l’âge de 14 ans, RAYE a fréquenté l’école BRIT, le collège branché des arts de la scène qui compte parmi ses talents Adèle, Amy Winehouse ou encore Katy B. Elle souligne à quel point les enseignants étaient «incroyables», mais elle ne s’est jamais sentie comme chez elle.

«Imaginez-vous assis dans une classe avec 30 autres personnes, apprenant la même chose – vous allez tous avoir le même son.»

En 2014,à 16 ans, elle sort son premier EP, “Welcome to the Winter”, tout en restant à l’école. Elle se souvient de ses camarades qui la traitaient avec jalousie et méfiance, et se moquait d’elle pour avoir écrit sur le fait de fumer de l’herbe. “C’était très compétitif”, dit-elle. “C’était tellement malsain.” Alors, à 16 ans, elle quitta le BRIT School.


Le succès est un compromis. Mais le succès n’abandonne pas ta voix.


En 2015, RAYE a signé avec le label Polydor. Elle sort un nouvel EP,“SECOND”, à l’été 2016. Elle a co-écrit le single solo I, U, Us” avec Charli XCX.
Inspirée par son mentor et amie Charli, ainsi que par des stars comme Sia, Raye est catégorique sur le fait qu’elle ait besoin d’écrire pour d’autres artistes ainsi que pour elle-même, afin de gagner de l’influence.

Maintenant, RAYE se sent plus puissante que jamais. Son nouveau projet “Side Tape” est sorti en mai dernier, il est son préféré, car il reste fidèle à ses racines. Il embrasse les rythmes d’Afrobeats, en écho à la musique ghanéenne que sa grand-mère avait l’habitude de jouer dans la maison, et comporte des collaborations avec Mr Eazi, Mabel, Stefflon Don, Ray Blk, Maleek Berry, Kojo Funds.

«En entrant dans la musique, j’ai pensé que je devais adapter le moule», dit-elle.


Il y a trois ans, je regardais les charts et c’était si clair : soit je fais la musique que je veux faire, et je risquais de rester coincé dans un univers bien précis – ce que tout le monde me disait – ou je fais de la musique plus mainstream, et j’espère que je percerai.


Elle est clair sur l’endroit où elle se tient sur cette question maintenant Ayant travaillé dur pour arriver au poste où elle se trouve, la seule personne qui l’appuiera sur sa percée est elle. «Le succès est un compromis», elle réfléchit. «Mais le succès n’abandonne pas votre voix, votre histoire ou ce que vous essayez de dire.»


L’industrie a beaucoup évolué. Je veux dire, c’est bien car avant, la musique que j’adorais et que je faisais pendant un moment n’avait pas beaucoup de visibilité.


Tags from the story
, , , ,
More from alex scander