PA SALIEU : “Je peux faire de la richesse générationnelle”.

Will Robson Scott

Incontestablement la découverte de l’année outre-manche, le jeune rookie originaire de la ville de Coventry, Pa Salieu s’impose dans l’industrie de la musique britannique avec son premier projet “Send Them To Coventry”, un clin d’oeil à sa ville qui l’a vu grandir.

Pa, est né à Slough, ou il a passé les premières étapes de sa vie dans cette ville inondée de zones industrielles et juste à l’extérieur de Londres qui est inondée de zones industrielles et d’usines. Ses parents ont déménagé au Royaume-Uni depuis la Gambie, un petit pays aux confins de l’Afrique de l’ouest. Ils lui ont donné le nom du frère aîné de son père, Pa Salieu, un policier de son pays décédé au début de la vingtaine. Quand leur fils est arrivé, le nom lui a été transmis, et quand il était temps pour lui de commencer à sortir de la musique, il a continué avec son vrai nom. «Je n’ai rien à cacher», dit-il, «je suis fier de mon nom.»

Pa Salieu s’est déjà fait un nom de l’autre côté de la Manche avec plusieurs succès et une popularité en hausse. Sa mixtape sortie le 13 novembre dernier comporte des morceaux aussi différents que réussis. Bien que la rap UK ne soit pas le plus écouté en France, la musique ouverte et variée de l’artiste londonien gagnerait à être largement diffusée dans l’hexagone.

Kopeto lui à donc passé un coup de fil via zoom, retrouvez l’intégralité de leurs échanges ci-dessous.

Bonjour PA comment vas-tu ?

Je vais bien et toi.

Je vais bien merci. Tout d’abord je tenais à te féliciter pour ton projet qui est sorti aujourd’hui. Quels sont tes sentiments par rapport à ton projet actuellement ?

Tout d’abord c’est un accomplissement premier projet tu travailles ce n’est que le début

Tu es très jeune dans cette industrie maintenant que tu as un pied dedans, que ressens-tu sur le fait d’en faire parti ?

Je ressens pas vraiment grand-chose, je travaille c’est tout je l’ai mérité je travaille pour.

Peux-tu décrire en quelques mots ton tempérament ton état d’esprit ?

Tu sais mon caractère est simple je suis un peu têtu pas trop exigeant, je suis plus là pour l’impact que je peux avoir et sur ce que j’ai appris et m’éduquer.

Comment ressens-tu le fait d’être un esprit libre en étant à Coventry?

L’atmosphère a changé quand je suis revenu en ville c’est ici que je connaissais les rues c’est là j’ai trouvé l’inspiration il n’y a pas de jungle concrètement quand tu reviens chez toi. j’en ai appris sur ce qui je suis et d’où je viens quand je rentre chez moi. Voila mon histoire.

Lorsque tu as commencé à aller en studio, as-tu eu beaucoup d’encouragements de la part des gens à vous déchaîner sur le rythme et à vous exprimer de cette façon?

Je n’avais généralement pas beaucoup de soutien. Vous savez quoi, les gens pensaient que j’allais mourir ou être envoyé en prison, pas que je ferais de la musique. D’où je viens, c’est réel, inné. J’aime juste prouver que les gens ont tort, je suppose. Mais non, je n’ai pas eu de motivation, je suis juste tombé amoureux du studio.

Will Robson Scott

Est-ce que c’est quelque chose qui, selon toi, porte sur toute la mixtape?

Ouais, c’est insensé. Je fais tout ce que je veux. Comme je l’ai dit, je veux que toutes sortes de gens vibrent avec. Je veux que les familles et les tantes vibrent avec!

Pour être juste, beaucoup de choses se sont produites. Des millions de personnes ont regardé tes vidéos, tu fais la couverture de tous ces magazines, avant même la sortie de ton projet. Je ne peux pas imaginer quelle année as-tu dû avoir.

Écoute, c’est bien! Mais tout fonctionne. Pas de repos. Pas de retour ici, juste travailler, travailler. C’est pourquoi moi et mon équipe, nous n’essayons pas de ne rien regarder. Nous agissons comme si de rien n’était, vous savez. Nous devons rester concentrés. C’est le seul moyen, mec. J’ai commencé la musique il n’y a pas longtemps et cela se produit maintenant. Pour moi, c’est à peu près ce que je peux apprendre pour l’année prochaine. Que pourrait-il se passer l’année prochaine? J’aime ça. Je suis amoureux du studio. Le même sentiment que j’ai eu la première fois en studio, c’est exactement le même sentiment que j’ai maintenant.

Will Robson Scott

Si faire carrière ta la musique ne fonctionnait pas, aurais-tu un plan B ?

(Rires) Il n’y a pas de plan B. C’est une passerelle. Je peux aider ma maman. Je peux faire de la richesse générationnelle pendant que j’en ai la chance, en faisant quelque chose que j’aime. L’énergie que vous mettez dans ce monde, d’une manière ou d’une autre, vous reviendra. Si la musique doit assurer le calme de ma mère, mes descendants sont calmes, alors c’est ce que c’est.

Tu as 23 ans, c’est bien ça ?
Yeah!

N’aurais-tu pas aimé que ton année d’évasion soit une année différente de 2020?

Non, j’aurais pris n’importe quelle année. Tu sais quoi, la COVID m’a favorisé, tu sais pourquoi? Parce que je suis maladroit. J’aime m’isoler. Si tout était plus tôt, je n’aurais pas su jouer de tout ça. Je le fais maintenant, parce que j’ai pratiqué. Alors maintenant, je suis prêt pour 2021 parce que j’ai beaucoup appris cette année. Je n’étais pas prêt. Je suis vraiment quelqu’un de timide.

Que vas-tu faire prochainement ?
J’ai du travail après la mixtape, je reste concentré sur ce qui va suivre. Ce n’est que le début.

Pour conclure notre conversation, quel genre de message veux-tu faire passer à aux personnes qui écoutent ta musique ?
Unité! Unité, unité ! Prenez soin de vous !

Allez streamer “Send Them To Coventry” ci-dessous