BRAMSITO – LE NOUVEAU VISAGE DE LA POP URBAINE

Deuxième signature du label de Booba 7Corp, Bramsito a dévoilé vendredi son premier album « Prémices » qui comporte 16 titres. Porté par « Sale Mood », un des plus gros hit de l’année, le projet est ouvert et pourrait toucher un large public.

Repéré par le label de Kopp grâce à ses vidéos sur les réseaux sociaux, Bramsito a mis un an et demi à concevoir l’album pour lequel il a beaucoup donné. Le protégé de Booba s’est donné de la peine de trouver des mélodies efficaces et a composé lui même la plupart des titres de l’opus. Les thèmes abordés varient entre les relations amoureuses, la détermination à réussir dans la musique ou encore les envieux qui apparaissent avec le succès  » J’avance à grande vitesse et je n’ai pas de freins, Je fais que mon chemin, je m’en suis jamais plains, et j’oublie pas tous ceux qui m’ont tendu la main, juste pour pouvoir ensuite couper la mienne en vain ». L’artiste d’origine congolaise ne se définit pas comme un chanteur de R’n’B mais comme un artiste de pop urbaine. A 23 ans et après avoir commencé à faire de la musique via le piano à 7 ans, il découvre la notoriété notamment grâce à son tube en featuring avec Booba. Bramsito commence à composer à l’âge de 14 ans et aujourd’hui cette expérience lui a permis de faire les mélodies et les top lines de « Prémices ». Le dernier clip en date, « Rappelle », composé en collaboration avec Twinsmatic, met en évidence le talent lyrical et musical du jeune artiste. A travers des sonorités et des mots touchants, Bramsito propose un morceau qui traite d’une situation susceptible d’avoir été vécue par un grand nombre.

L’album semble aussi avoir des vertus de motivation tant Bramsito nous fait ressentir sa détermination à atteindre ses objectifs dans ce qu’il entreprend. Dans « Touré Yaya » il affiche ses ambitions en affirmant convoiter l’équivalent dans le musique du ballon d’or dans le football « J’pourrais me lever à l’aube juste pour mouiller le maillot, j’pourrais même tomber à l’eau, pas peur de mouiller le maillot, j’irais chercher ballon d’or, pour élever mon étendard ». Le jeune prince de la pop urbaine a même réussi dans son premier projet à collaborer avec une référence du style musical en France, Soprano. Avec « Millions de mélos », les deux artistes nous proposent un morceau entraînant qui aurait intérêt à être mis en avant tant il a le potentiel pour ensoleiller notre été. Le chanteur qui a grandi dans le 45 et le 91 sait aussi s’inspirer de sa culture musicale pour composer ses titres. Ainsi, si vous penser reconnaître les notes du titre « Can’t get enough » de J.Cole et Trey Songz en écoutant le quinzième track, « Paulette », c’est normal. Bramsito a utilisé le même sample que les artistes américains, à savoir le titre lui aussi appelé « Paulette » de Balla et ses Balladins.

Après des premiers extraits convaincants, Bramsito nous offre de quoi découvrir pleinement son univers dans « Prémices », un projet conséquent. A l’image de son compère Dixon signé lui aussi chez 7corp, il a le potentiel de plaire à un large public, en témoigne son hit « Sale Mood ». Le chanteur sait aussi toucher différentes émotions, nous ambiançant dans un premier track, puis réveillant notre mélancolie dans le suivant.