NEKFEU – LES ETOILES VAGABONDES – UN ALBUM NOURRI PAR LE TALENT ET SUBLIMÉ PAR LA MÉLANCOLIE

Après une longue absence, Nekfeu a enfin sorti son nouvel album « Les étoiles vagabondes ». L’opus a été dévoilé à l’issue de la projection du film éponyme à laquelle plus de 100 000 personnes ont assisté. Les fans du rappeur s’étaient donné rendez vous dans 150 salles de toute la France pour assister au documentaire retraçant la période durant laquelle Ken a conçu « Les étoiles vagabondes ». Durant près d’1h30, on comprend que le parisien a eu du mal à digérer le succès et sa notoriété exceptionnelle. Il est donc allé se ressourcer en Grèce chez sa famille puis a voyagé au Japon et aux Etats-Unis pour retrouver l’inspiration.

Le projet, dévoilé à l’issue du film, comporte 18 titres enregistrés avec une équipe de beatmakers soigneusement sélectionnée par Nekfeu. « Les étoiles vagabondes » mettent en évidence les facultés du rappeur, dont peu d’artistes peuvent se targuer. Sur des prods de Diabi, Hugz Hefner, Loubensky ou encore d’Hologram Lo’, Nekfeu pose des textes toujours plus poétiques et engagés. Dans le titre portant le nom de l’album, le fennec témoigne à nu de son rapport compliqué au succès « Faut qu’j’me cache, j’porte la capuche comme côte de maille. Est-c’que le rap m’a sauvé ? ». Durant près de 4 minutes, il impressionne, débitant sans arrêt sur la prod sombre et inspirante de Kezo, producteur de Grande ville Records. Kickeur incroyable, Nekfeu a aussi mis en avant dans le projet son don pour les mélodies. C’est le cas dans « Ολά Καλά » qui signifie « Tout va bien » en grec. Seul morceau sur lequel le rappeur est crédité à la production, le titre est le plus long de l’album et comprend un refrain hyper agréable dévoilant les qualités vocales de Nekfeu. Sans forcer sur sa voix et avec un texte bouleversant, il démontre, notamment dans ce track, qu’il est un artiste complet.

View this post on Instagram

Αθήνα 🇬🇷

A post shared by Nekfeu (@neklefeu) on

« Les étoiles vagabondes » comprennent aussi plusieurs featurings dont le surprenant « Dans l’univers » avec Vanessa Paradis. Les deux artistes ont associé leur voix dans cette douce ballade romantique qui contraste légèrement avec la prod de Hugz Hefner qui cogne, comme toujours. Némir accompagne son ami Nekfeu sur l’émouvant et mélancolique « Elle pleut ». Il est sûrement l’artiste le plus proche de Ken, Alpha Wann vient rapper en passe-passe avec son acolyte de longue date sur « Compte les hommes » « Tout l’monde veut remuer l’passé sans penser à son engeance, la vengeance entraîne la haine, la haine entraîne la vengeance ». Enfin, comme attendu suite au teaser du film, Damso est présent sur l’excellent « Tricheur ». le refrain de Nekfeu s’avère des plus efficaces et les deux artistes se complètent parfaitement sur le track. Toujours sensible à l’art des autres artistes du game, le fennec a aussi dédicacé Jul et Pnl dans « Takotsubo » « Indépendants comme Pnl, on veut être les premiers comme Jul ».

Nekfeu nous a certes fait patienter depuis maintenant deux ans et demi, mais il est revenu de son isolement avec un opus d’une qualité rare. On ressent après l’écoute de l’album et le visionnage du film le spleen du rappeur de 29 ans, moteur dans la conception des « Etoiles Vagabondes », comme en témoigne le titre « Takotsubo »  » Si j’étais bien dans ma tête, j’aurais pas fait l’choix d’être artiste ». Il a aussi tenu a exprimé ses convictions face à des sujets sociétaux et politiques, comme le traitement des migrants, de la communauté LGBT ou des femmes  » C’est comme être compétente au taf et subir que des allusions, c’est nous qui portons les pêchés des filles bien que nous salissons ».